Vous changez l’entreprise, changeons le financement.

Aucun phénomène n’est isolé. Tout est relié, interdépendant, mutuellement soutenu. 

Investir pour réparer le monde signifie pour nous financer les innovations en mesure de générer des changements systémiques.

C’est que nous cherchons dans l’impact chez Asterion : des entreprises qui créent de nouveaux référentiels marché, deviennent leaders de leur catégorie et entrainent toute une industrie vers de meilleures pratiques.
Prendre soin, au service d’une ambition “impact at scale”
Pour accompagner ces entreprises, il faut une nouvelle finance, totalement différente de celle que nous connaissons :
une finance qui retrouve ses lettres de noblesse, une finance qui prend soin de ses participations.

Pour la philosophe Joan Tronto, prendre soin (Care) c’est apporter de l’argent, du temps et des compétences
à ceux qui en ont besoin.
C’est exactement la vision
de la finance d’Asterion :

Financer des primo-entrepreneur·es habité·es par l’impact, en leur apportant les avantages d’un fonds et d’une communauté d’investisseur·es engagé·es et en proposant des investissements Evergreen (sans horizon de sortie).
L’impact n’est pas une norme,
C’est une philosophie.
Changer la finance c’est également remettre en cause la mesure permanente de la performance, valoriser l’intuition et la confiance plus que des résultats discutables et du contrôle permanent.

L’impact est un long chemin dialectique vers la compréhension et la création d’un monde plus équilibré, juste et vertueux.

Il ne doit surtout pas se limiter à des grilles de lecture fermées posées à priori, que ce soient les ODD de l’ONU ou la mesure du CO2.

L’impact est un mouvement global, un mouvement profond, une révolution des modes de pensée, d’action et de mesure.
Diversifions le capital.
Nous ne financerons pas le monde de demain avec les circuits et logiques du passé.

Si l’entreprise doit effectuer une transition profonde, c’est également le cas du capital, dont l’allocation et la puissance permet d’influencer
les choix de société.

Nous n’aurons pas de société plus diverse et équilibrée sans un capital qui la représente et notre combat porte en partie sur la capacité
à permettre l’investissement à une communauté plus diversifiée, plus féminisée, rajeunie,
bien plus à même d’imaginer et de construire la société de demain.